Situé sur l’axe de migration des grands oiseaux voyageurs et alternant entre vastes forêts, grands lacs, étangs, rivières, fleuve et prairies naturelles humides, les paysages du Parc de la Forêt d’Orient sont sources d’une biodiversité riche et variée avec plus de 1600 espèces.

Ce territoire vert et bleu où cohabitent l’eau et la forêt, tient sa particularité à la composition de ses sols. Les paysages : Champagne crayeuse, Champagne humide, Coteaux du Barrois et vallées alluviales forment une mosaïque de milieux où vit une biodiversité riche.

Remontons quelques siècles en arrière. A l’époque, formait un immense massif forestier. Façonné par une histoire séculaire, avec l’édification de voies romaines, le défrichement et la création de grandes exploitations agricoles et de chaînes d’étangs (plus de 100 recensés) par les seigneuries et ordres religieux au Moyen-âge, le dernier bouleversement du territoire fut la mise en eau des grands-lacs réservoirs (après la seconde guerre mondiale). Pourtant, cette artificialisation conséquente du milieu est à l’origine d’un accroissement de la biodiversité : à la richesse de la faune et de la flore forestières déjà présente, s’est ajoutée et développée, avec le temps, une richesse ornithologique liée au renforcement du caractère humide du milieu.

Malgré cette empreinte forte de l’homme, le territoire joue un rôle de premier plan pour le maintien d’espèces en régression, menacées et rares, mais également pour la nature plus « ordinaire » et s’inscrit au sein d’un réseau écologique reconnu au niveau international (site Ramsar des Étangs de la Champagne humide équivalent au classement UNESCO pour les zones humides), européen (près de la moitié du territoire couvert par le réseau Natura 2000) et national (deux Réserves Naturelles : nationale et régionale).

Le Parc en chiffre :
  • 80 espèces d’oiseaux migrateurs
  • 130 espèces d’oiseaux nicheurs
  • 13 espèces d’amphibiens, toutes protégées ou réglementées
  • plus de 650 espèces d’insectes (dont plus de 250 espèces de papillons et près de 60 espèces de demoiselles et libellules)
  • près de 50 espèces de mammifères, des grands cervidés aux petits mammifères terrestres et aquatiques en passant par les chauve-souris
  • plus de 500 espèces végétales

Le paradis des oiseaux

Grâce à notre localisation privilégiée sur l’axe de migration principal entre les pays de l’Europe de l’Est jusqu’à ceux de l’Europe Centrale, du Sud et de l’Afrique, c’est l’endroit parfait pour apprécier les oiseaux !

Au fil des saisons et du marnage des grands lacs de Champagne, se succèdent un spectacle unique où les oiseaux migrateurs s’arrêtent quelque temps pour se nourrir sur les parties où l’eau s’est retirée et dans les champs alentour. Les grands échassiers comme les cigognes noires, les grues, spatules, butors, hérons et les nombreux autres profitent des poches d’eau où sont piégés les poissons. Quant aux vanneaux, barges, courlis, chevaliers, bécasses, mouettes et autres petits oiseaux aquatiques, ils fouillent la vase et la boue à la recherche de petites bêtes à se mettre dans le bec.

Les amateurs pourront profiter d’une vue privilégiée sur les lacs depuis les 4 Observatoires. Pour les plus intrépides, de nombreux points d’observations sont disséminés autour des lacs, sur les digues où sur les presqu’îles.

Curieux de nature ? La nature s’offre à vous !

L’Observatoire de la biodiversité vous invite à découvrir la faune et la flore du Parc naturel régional de la Forêt d’Orient.
Celui-ci liste, localise et décrit l’ensemble des espèces recensées sur le territoire : une véritable encyclopédie du patrimoine vivant !

Vous souhaitez contribuer à la collecte de données naturalistes ? Rendez vous sur la plateforme de collecte participative « J’observe mon Parc » !

La richesse des zones humides

Il y a plusieurs millions d’années, la présence de la mer a laissé un héritage : le sous-sol argileux. L’omniprésence de l’eau a façonné le paysage de la Champagne humide formant de nombreuses zones humides : prairies humides, forêts sur argiles, forêts alluviales, zones marécageuses et mares.

Ces milieux fournissent de nombreux habitats (herbiers, roselières, mares forestières et prairiales…) et constituent des corridors écologiques indispensables au sein du réseau hydrographique dense de la Champagne humide. Les zones humides sont propices à de nombreuses espèces d’amphibiens. La Salamandre tachetée, espèce protégée, les crapauds, grenouilles, et autres tritons, migrent chaque année vers leur site de reproduction (mares, queues de retenue, bras morts ou encore étangs). Au niveau de la Fontaine Colette, sur le Lac d’Orient, « la Route des Salamandres » voit passer plusieurs milliers d’amphibiens par an.

Beaucoup d’espèces d’oiseaux et d’insectes, comme l’ensemble des libellules et demoiselles et certains lépidoptères à l’image du Cuivré des marais y sont inféodées.

La forêt et ses trésors

Les grandes forêts humides ont conservé leur richesse faunistique et floristique malgré une forte pression de l’homme. L’emblématique et discret Cerf élaphe est toujours maître des lieux. Il n’oublie pas de nous le rappeler en automne lorsque l’on entend son brame rauque à côté des Pics noirs, plus démonstratifs, tambourinant sur les arbres à la recherche de nourriture.
La biodiversité forestière recèle également de petit trésor comme le Sonneur à ventre jaune qui évolue dans les ornières, les mares et autres souilles créées par les sangliers.

La forêt vit aussi la nuit ! Dans le massif de la Forêt d’Orient, une quarantaine d’arbre-gîtes sont connus pour abriter des chauve-souris, sans compter les milliers d’autres chiroptères qui profitent des moustiques et des petits insectes pour se nourrir.

LE PARC AGIT POUR…
  • L’amélioration des connaissance sur la biodiversité par des inventaires, études et suivis (oiseaux, chauves-souris, abeilles sauvages…)
  • La protection des espaces et des espèces (Réserves Naturelles, Arrêtés préfectoraux de Protection de Biotope…)
  • La gestion des espaces naturels (restauration/création de mares, débroussaillage de zones humides, pâturage et fauche dans les Réserves Naturelles, animation de 6 sites Natura 2000…)
  • La reconquête de la Trame Verte et Bleue
  • La mise en valeur de la biodiversité (animations, sorties nature, sentiers pédagogiques, documents de communication…)
  • La valorisation des actions exemplaires en faveur de la biodiversité (concours général agricole – qui récompense les éleveurs et leurs prairies, label international “Ville des Zones Humides” obtenu par Courteranges…)
  • Le suivi des projets d’aménagement (documents d’urbanisme, projets touristiques….) pour une prise en compte des enjeux économiques et environnementaux