Depuis plusieurs années, le Parc soutient la campagne nationale de protection des Busards menée par la LPO. Cette campagne vise à protéger les nids de cet élégant rapace, menacé en France, qui nichait autrefois dans les prairies de fauche aujourd’hui disparues.


Cet oiseau est considéré comme un allié de l’agriculture car les rongeurs (campagnols, mulots…) et les gros insectes (sauterelles, criquets…) constituent l’essentiel de son régime alimentaire.
 
Lorsque les nids sont repérés par les bénévoles de la LPO, avec l’accord du propriétaire de la parcelle, un grillage est installé autour du nid. Cette petite cage (à ciel ouvert) permet à l’agriculteur de localiser le nid pendant la moisson mais également de protéger les jeunes busards des prédateurs.
 
Après plusieurs années de déclin, les populations de Busards n’augmentent pas malgré un effort de protection sans précédent. L’avenir de cette espèce dépend étroitement de la coopération entre naturalistes et agriculteurs. La campagne de protection devra perdurer encore plusieurs années si l’on veut, chaque printemps à leur retour d’Afrique, revoir les Busards survoler les champs de blé.

En 2020 :

Les Busards Saint-Martin:

  • 17 couples ont été localisés et suivis sur le Parc
  • 11 communes du Parc abritaient des nids
  • 17 nids ont été suivis dont 5 ayant subit de la prédation
  • 36 jeunes volants ont vu le jour

Les Busards cendrés:

  • 13 couples ont été localisés et suivis sur le Parc
  • 7 communes du Parc abritaient des nids
  • 13 nids ont été suivis dont 2 ayant subit de la prédation
  • 31 jeunes volants ont vu le jour