Etangs et rivières



Des étangs et des hommes.

En Champagne Humide, le sous-sol argileux a permis la création d’une multitude d’étangs et ce, dès le Moyen-Age. En effet, point n’est besoin de creuser, le simple endiguement d’un vallon et de son ru permet rapidement d’ennoyer une cuvette peu profonde, propice à la faune et à la flore, et aux activités humaines.
Sur le territoire du Parc, les moines des abbayes locales ont ainsi créés de nombreux étangs (plus de 200 probablement), pour l’élevage du poisson (traditionnellement la carpe), le drainage et la mise en valeur des terres avoisinantes, après défrichement de la forêt. Ces étangs étaient pour la plupart implantés en chaînes sur le cours d’un ruisseau, permettant ainsi une gestion hydraulique collective.
Aujourd’hui, plus de 70 étangs subsistent dans le Parc, les autres ayant disparu, au fil des siècles, soit naturellement (des digues d’anciens étangs templiers sont ainsi visibles en Forêt d’Orient), soit sous l’action de l’homme (création des lacs réservoirs, mise en culture...). L’homme est en effet indissociable de l’écosystème «étang» et ce milieu anthropique riche sur le plan du patrimoine naturel, ne doit sa survie qu’à un entretien raisonné et de longue haleine.

Tous les étangs du Parc sont privés et la majorité d’entre d’eux est encore gérée d’une manière extensive, que ce soit pour la pêche (pêche annuelle traditionnelle par vidange) ou pour la chasse(chasse à la «passée»)... Certains propriétaires accueillent des pêcheurs à la ligne.

Cette gestion «patrimoniale» a permis l’épanouissement d’une faune sauvage riche et singulière, notamment pour les insectes, les amphibiens et les oiseaux. Par ailleurs, les étangs recèlent une multitude d’espèces végétales aquatiques et palustres.

Ce patrimoine écologique et économique est aujourd’hui menacé : chute du cours du poisson d’eau douce, intensification des pratiques, abandon, ou émergence de nouveaux loisirs... Face à ce phénomène, le Parc en collaboration avec les propriétaires et gestionnaires d’étangs et avec le soutien financier du Conseil régional et de l’Agence de l’Eau, lance un programme pilote de gestion durable des étangs de Champagne humide, qui vise à mieux connaître et valoriser ce patrimoine remarquable.

Les rivières

Le territoire du Parc bénéficie d’un réseau hydrographique dense et varié, partie intégrante du bassin de Seine et de son affluent principal l’Aube.

La création des lacs-réservoirs Seine puis Aube a parfois profondément modifié le cours et le fonctionnement de ces rivières, mais elles conservent néanmoins un intérêt paysager et biologique.

Toutes ces rivières offrent des ressources piscicoles propices à la pêche et certaines (Aube) permettent la pratique du canoë-kayak.

L'Atlas des Ondonates

Le nouvel atlas des odonates est dès à présent disponible
Télécharger l'atlas, en cliquant ici.


En savoir plus

Afin de vous aider à préparer votre séjour, cliquez ici.