Bibliothèque scientifique

biblio_scientifique.png

La Bibliothèque scientifique présentée ici est basée sur "l’Annuaire du Département de l’Aube", annuaire qui présente un intérêt relatif pour le chercheur mais qui peut par contre servir de références pour les amateurs éclairés et le grand public.
Il a été conçu comme document complémentaire en résumant certains textes développés dans les Mémoires de la Société Académique de l’Aube. De ce fait, il comprend des statistiques en particulier sur l’agriculture qui peuvent être utilisés par tous les publics. Il faut souligner cependant que l’on trouve beaucoup d’informations sur le patrimoine historique alors que la partie naturaliste est un peu négligée. Enfin, ce sont surtout les informations de sciences appliquées type agriculture ou aménagement qui prévalent sur les données fondamentales, ce qui est classique dans ce type de document.
Cela, n’empêche que les divers articles analysés sont à lire car ils fournissent une information claire, nette et précise sur des problèmes variés et qu’ils apportent une vision un peu différente des Mémoires de la Société Académique de l’Aube.

NB Il faut souligner l'importance de ce travail d'analyse fait entre 2001 et 2003 par M François Lapoix. Il a vu l'intérêt d'analyser les Annuaires du Département de l’Aube et d'en extraire des résumés clairs. Qu'il soit ici vivement remercié pour ce travail précis, qu'il intitulait pudiquement les "résumées ordonnées"...



Pages
>

Fiche n° 001 - Culture du blé Lammas

DUBOIS de MORAMBERT

Il semble que cette expérience ait été menée à petite échelle et pendant peu de temps. Le blé Lammas méritait d’être retenu dans un assolement régulier et sur certains sols bien connus.
Cet article est malgré tout intéressant mais aurait mérité d’être un peu plus détaillé tout au moins au niveau des techniques agronomiques.
Il semble que l’article suivant page 24 vienne compléter heureusement ce document.
cultivateurs, sur le commerce de Troyes et des autres villes du département.
Malgré les attaques du phylloxéra, les traitements chimiques au sulfure de carbone ont permis la mise en place d’une reconstitution progressive du vignoble sur les 4 000 hectares des 13 829 hectares restants.
Cet article permet de montrer que le vignoble actuel possède sensiblement la même superficie qu’en 1900.
Cette analyse est très soigneuse et permet de se faire une idée précise de la situation de la viticulture dans l’Aube au cours de cette période.
A lire et à commenter.

Fiche n° 002 - Instruction de la nécessité d’un bon assolement


Article plein de lieux communs qu’il est bon de rappeler sur les différents modes d’assolement en fonction de la nature des sols.
Des remarques portant sur des plantes détériorantes des sols sont intéressantes ainsi d’ailleurs que celles concernant l’influence des fourrages
Sur la qualité des engrais animaux.
Cet article fait partie du panégyrique pour l’assolement et essaye d’analyse avec précision les causes et les effets de telles pratiques.
Il est très intéressant et doit être lu par tous ceux qui sont concernés.

Fiche n° 003 - Du choix de l’assolement


Ce texte tente rapidement un historique des précurseurs expérimentateurs de l’assolement triennal.
Enfin, on a tenté de fixer les idées sur la division en soles ou saisons.
L’intérêt de ce texte réside dans la description ultra fine des diverses phases de l’assolement et des remarques techniques qui sont ajoutées.
On a là un parfait manuel d’agriculture qui pour l’époque constitue un document d’avant-garde valable pour tous les types de sols.
A lire surtout par des spécialistes tels que les agronomes.

Fiche n° 004 - Sur le boisement des terres incultes ou peu propices à la culture et surtout des collines et lieux élevés

DUBOIS de MOREMBERT

Brillante apologie du reboisement qui devait transformer la Champagne en une terre très fertile.
Les arguments avancés sont pleins de bon sens mais méritent au regard des recherches actuelles d’être nuancées. On est loin des notions d’équilibre agro-sylvo-pastoral et de biodiversité.
Le plan consiste par contre à récompenser ceux qui auront reboisé le sommet des collines et les endroits élevés me paraît judicieux.
Il y a d’ailleurs été mis en application.
En résumé, un texte à lire et à méditer en le comparant aux autres écrits sur la politique agricole postérieure en Champagne.

A lire surtout par des spécialistes tels que les agronomes

Fiche n° 005 - Instruction sur le boisement des terrains élevés du département de l’Aube

DUBOIS de MOREMBERT

Ce texte reprend les arguments développés dans la note précédente en y ajoutant des remarques judicieuses consacrées au choix des essences d’arbres. On y voit apparaître des notions d’écologie, telles que l’adaptation aux conditions des biotopes et celle de diversité à travers le mélange de résineux et de feuillus ou de feuillus entre eux. Il subsiste cependant une préférence pour les arbres verts qui aura la vie dure jusqu’à des années récentes. Mais, dans l’ensemble, il y a tout intérêt tant sur le plan sylvicole qu’historique de consulter ce document riche en informations. Il serait souhaitable que l’on réfléchisse à certaines applications de ces principes à la forêt actuelle.
A lire.

Fiche n° 006 - Méthode employée depuis longtemps chez lui pour augmenter et améliorer ses fumiers

BEDOR

Réalisation d’un programme de recherche sur la mise en place de graminés sur sol léger avec une augmentation de la qualité des engrais qui devront être plutôt du fumier de paille.
Il sera indispensable de le faire fermenter avec de l’eau « grand mobile de l’opération » en exposition nord. On y ajoutera des feuilles, des pailles pourries, des mauvaises herbes et de la paille crue.
D’autres manipulations seront nécessaires et après 10 jours l’on pourra mener le fumier au champ.
Ce procédé donne encore, il est vrai un fumier de qualité utilisé en agriculture biologique ou intégrée.
Il s’agit d’un document de base, historiquement intéressant car fixant l’origine de l’agriculture intégrée.
A lire

Fiche n° 007 - Sur l’établissement rural de Pouy

FORTIER

Après une présentation détaillée des différentes phases de constitution du domaine de Pouy, l’auteur aborde ses méthodes de culture très originales pour l’époque. Il s’agit de mettre en culture (prairies artificielles) les bons terrains, d’y faire pâturer des moutons qui donnent l’engrais afin de nourrir les mauvaises terres.
Il dénonce un certain nombre d’idées toutes faites comme les années bonnes et les mauvaises en agneaux, pour lui en effet toutes les années sont bonnes, il s’agit de bien leur donner à manger et de bien les soigner. C’est une question d’environnement.
A toutes ces remarques s’ajoutent des considérations sur l’assolement des terres améliorées par les prairies et leurs produits.
Ce document est encore plein d’intérêt et nécessite un dépouillement plus complet en comparaison avec des données actuelles.
A lire

Fiche n° 008 - Rapport fait au nom de la commission chargée de visiter les établissements agricoles de Monsieur le comte de Plancy

DUBOIS

Excellente description d’une ferme témoin où ont pu être menés de travaux nombreux en vue de l’amélioration de la qualité des sols. On descend très loin dans les détails tant sur les relations humaines, la construction des bâtiments, que la nourriture des animaux et le traitement du personnel.
Les remarques faites à propos des cultures restent encore valables comme celles à propos des animaux. La place des engrais et des pâturages est bien soulignée. Dans ce dernier cas son influence sur la pousse du sainfoin est encore reconnue.
Evidemment, les remarques sur les labours sont d’une vraisemblance intéressante.
La comparaison entre la ferme Caroline et Ste Sophie va à l’avantage de la première. En résumé un excellent document, pour l’époque, véritable cours d’agriculture appliquée.

Fiche n° 009 - Sur la culture du blé Lammas pendant l’année agricole 1821 - 1822

DUBOIS

Compte – rendu intéressant d’une expérimentation qui aurait pu bien tourner si les agriculteurs testeurs avaient un peu mieux joué le « jeu » en répondant aux questions.
On peut reprocher que l’expérimentation ne se soit étendue qu’à un petit niveau.
Il ne semble pas qu’actuellement, en consultant le livre de Soltenet sur les productions végétales ce blé soit resté à l’honneur dans certaines régions de France. L’article conserve quand même un intérêt méthodologique.
A lire.

Fiche n° 010 - Rapport sur pierre marneuse trouvée à Panais

DELPORTE

Compte – rendu relativement anecdotique d’une analyse d’un échantillon de marne pouvant être utilisée en agriculture comme engrais. Il montre que l’on pratiquait déjà des méthodes intéressantes et efficaces à l’époque.
A lire.

Pages
>